Articles "La Parole du Jour" Thème: la louange et l'adoration


LOUE PLUTOT L'ETERNEL!

Psaumes 18:3
Je m'écrie: Loué soit l'Éternel! Et je suis délivré de mes ennemis.

 
La muraille de Jéricho est tombée par de fortes acclamations et des cris de réjouissance à l’Eternel. Quand le diable vient comme avec un « bélier » t’attaquer au forcing pour te faire chuter et tomber, lève-toi pour louer l’Eternel!

 

Ce qui veut dire en somme, Satan tu es un menteur ! Tu n’es pas plus fort que mon Dieu qui viendra avec sa délivrance. A la morosité et le découragement que l’ennemi veut te communiquer, oppose lui la joie de l’Eternel !

 

La Bible nous recommande de toujours nous réjouir, ce qui veut dire : loue dynamiquement ton Dieu. Un simple  "ça va aller !" ne suffit  pas, il faut le louer avec force, il faut s’écrier : « Loué soit l’Eternel !!!!» et la résistance de tes ennemis va subitement tomber pour ne plus se relever. Que Dieu te bénisse!

1 commentaires

La gloire de Dieu et l'ennemi

Comme la Bible le montre, le diable notre ennemi n’a pas toujours été mauvais.

 

Il fut certainement un temps où il chantait de tout son cœur  à la gloire de Dieu.  Il fut certainement un temps où Lucifer, comme il était appelé en ce temps, recherchait la gloire de Dieu et qu’il chantait à la gloire de Dieu au point que c’est certainement à la hauteur de ses qualités de chantre pour Dieu qu’il occupait la position de chef de la louange de Dieu dans le ciel.


Que s’est il donc passé ? Nous ne le savons que plus ou moins car la Bible ne s’étend pas longuement sur la question.

Dans tous les cas, il est donc bon de souligner que lorsqu’on parle du diable et de l’adoration de Dieu,  notre ennemi n’est pas étranger à la gloire de Dieu.  Il n’est donc pas étranger à tout ce qui peut se passer dans la vie de quelqu’un qui veut adorer le Seigneur : dans le cœur de tout adorateur vrai il y a un vif désir de glorifier le Seigneur plus que tout. Mais à quel moment, dans ce vif désir, il arrive que l’on cherche peu à peu à attirer à nous la gloire de Dieu? Nul ne peut exactement le dire. Mais Il y a certainement un élément déclencheur et aussi il y a certainement un élément pour empêcher que cela ne se produise.


Ce qui est clair c’est qu’il faut rendre à Dieu la gloire qui lui est due. Il faut lui rendre à lui et à personne d’autre. Quand bien un homme a sur lui un peu de cette gloire, il  devrait s’en détacher, dans son esprit tout au moins. Cela me fait penser à Moise et cette lumière sur sa face. Tous les fils d’Israël cherchaient à voir cette gloire, mais Moïse lui se cachait. Et pourtant, la gloire est digne d’être vue parce qu’elle « glorieuse » et belle. Mais Moise n’a pas fait cas de cette gloire comme quelque chose à montrer.


Dieu peut attacher un peu de sa gloire à son serviteur mais dans l’esprit de ce dernier il doit savoir que la gloire de Dieu n’est pas sienne, il doit s’en détacher, dans son esprit il doit demeurer humble.

 

C’est une telle attitude qui est salutaire pour nous.  Car si nous ne nous y attelons pas, il y a de fortes chances que nous voulions détourner à nous  l’objet de cette gloire et chercher à interférer dans  les plans du Seigneur et finalement être humilié par Dieu.

 

Détachons notre esprit de toute recherche d’attention spéciale  des hommes, d’une élévation particulière au milieu des hommes, en rendant à Dieu ce qui doit lui être du et en nous rappelant simplement que nous ne sommes que des pécheurs rachetés qui ne faisons que bénéficier d’une grâce de Dieu : celle de porter la gloire de Dieu.

 

Que Dieu vous bénisse

 

0 commentaires

Dieu révèle des choses à ceux qui savent s'humilier...

Matthieu 11:25-26
En ce temps- là, Jésus prit la parole, et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l'as voulu ainsi.

Voici un principe de Dieu pour lequel le Fils de Dieu loue son Père de ce que, dans sa souveraine autorité, Il ait choisi de faire les choses ainsi : Dieu a choisi de cacher les plus hautes connaissances, les connaissances spirituelles, aux hommes qui cogitent: aux sages, aux savants, et aux intelligents. Mais Il a choisi, par contre, de les communiquer par révélation "aux enfants". Le terme "enfants" ici est représentatif de tout ceux et celles qui se font petits devant Dieu pour comprendre, qui s'humilient devant Lui. 

Matthieu 18:3-4
Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.

C'est donc un fait avéré que Dieu ne communique pas ses biens ultimes, sa précieuse connaissance, ses révélations à ceux qui "réfléchissent beaucoup", mais plutôt à ceux qui savent s'humilier devant Lui. Dieu veut donc révéler ses choses aux hommes, et non pas que ceux-ci par des réflexions particulières arrivent à se persuader de certaines choses. Ainsi tu ne dois pas te dire " c'est plus je réfléchirai que je comprendrais et que je connaitrais Dieu", mais c'est plus tu t'humilieras devant Lui que tu le comprendras et le connaitras. 

S'humilier veut dire notamment aussi se prosterner. Et un exemple biblique nous est montré dans le livre de Nombres avec Balaam. Même si celui-ci n'était vraiment pas le prototype du prophète parfait de Dieu, il recevait malgré tout des directives de Dieu. Par deux fois, il mentionne un fait important quand il dit: "Parole de celui qui entend les paroles de Dieu, De celui qui voit la vision du Tout-Puissant, De celui qui se prosterne et dont les yeux s'ouvrent." (Nombres 24:4)

Balaam dit littéralement "c'est quand je me prosterne devant Dieu, que je reçois les révélations de Dieu". Ce fait n'est pas le fait de Balaam mais celui de Dieu qui a ainsi choisi de se révéler à ceux qui savent s'humilier devant Lui, physiquement et spirituellement. 

Les révélations de Dieu sont importantes car c'est ce dont nous avons besoin pour le connaitre comme Il est vraiment et non pas comme, par nos réflexions, nous pourrons croire qu'Il est. De même que plus nous le connaissons vraiment, plus notre intimité est sincère et forte avec Lui. 

Bien aimés, apprenez donc à vous humilier par tous moyens devant votre Dieu, sachez passer du temps en humiliation dans sa Sainte Présence,  et faites-le le plus régulièrement possible pour recevoir de Sa main Ses bien précieux. 

Soyez bénis.

 

Elisée Kouakou

7 commentaires

Elever Dieu pour la victoire!

Lorsque nous sommes aux prises avec les puissances sataniques dans le combat spirituel, pourquoi s’agiter pour ce qui n’est plus notre affaire mais l’affaire de Dieu ? Pourquoi s’inquiéter pour ce qui n’est plus de notre ressort mais du ressort de Dieu ? Pourquoi ne pas s’apaiser et sans cesse se dire : « Le combat n’est pas mon affaire mais le combat appartient à Dieu » et laisser Dieu combattre pour nous ? Car la Bible dit que le fait de s’agiter et de s’inquiéter « gêne » le Seigneur et en ce sens freine au contraire sa main. C’est pourquoi il est dit : « L’Eternel combattra pour vous; et vous, gardez le silence. » (Exode 14:14). Si nous nous tenons debout ou si nous tombons, cela regarde notre maître. Mais nous serons debout car le Seigneur a le pouvoir de nous affermir! (Romains 14 :4).

 

 Plusieurs récits confirment le fait que le peuple de Dieu, acculé par ses ennemis ne dut son salut qu’à Dieu en lui donnant la gloire, en plaçant ainsi Dieu au-dessus de ses ennemis. Le Seigneur a manifesté dans ces cas-là une très grande puissance salvatrice. Ainsi les rois de Juda que sont Abija, Asa, Ezechias et Josaphat ont constamment recherché à ramener le combat à un affrontement entre leurs ennemis et Dieu et non plus leurs ennemis contre eux comme si en quelque sorte le combat n’était plus leur affaire mais l’affaire exclusive de Dieu. Si le combat était placé entre leurs ennemis et eux , ils partaient perdants mais s’il était vu sous l’angle d’un combat opposant leurs ennemis à Dieu, ils seraient vainqueurs par la victoire de Dieu car nul ne peut vaincre Dieu.  L’apôtre Pierre pouvait donc dire : « déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. » (1 Pierre 5:7).
En effet, Dieu a su prouver à tous et aux fils d’Israël en particulier, qu’il sait lui-même combattre mieux que quiconque si on lui en laisse l’opportunité en donnant gloire à son nom. Dieu a souvent combattu d’une manière imprévue lorsqu’on le glorifiait et l'élévait.

 

C’est, entre autres aussi, cette arme que David a utilisée contre le géant Goliath. Remarquez que dans l’épisode de cet affrontement relaté en 1 Samuel 17, tous les propos de David ont pour objet de glorifier Dieu : « Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l’armée du Dieu vivant? » (1 Samuel 17:26)

 « L’Eternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. »  (1 Samuel 17:37) 

« Tu marches contre moi avec l’épée, la lance et le javelot; et moi,je marche contre toi au nom de l’Eternel des armées, du Dieu de l’armée d’Israël, que tu as insultée. » (1 Samuel 17:45)

« Et toute cette multitude saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que l’Eternel sauve. Car la victoire appartient à l’Eternel. » (1 Samuel 17:47)

 

Glorifier Dieu est très important dans le combat spirituel. Notez ceci: quand vous dites par exemple constamment : « Tu es le Dieu devant qui personne ne peut tenir ! Tous ceux qui se lèvent contre toi sont dans la confusion ! Tes ennemis fuient devant ta face… », vous ne tarderez pas à voir la puissance de ce Dieu se déployer en votre faveur et terrasser vos ennemis de la même manière que vous l'avez glorifiez tel qu'il est écrit en Nombres 14:28 : « Dis-leur: Je suis vivant! dit l’Eternel, je vous ferai ainsi que vous avez parlé à mes oreilles! ». « à ses oreilles »  c'est en réalité devant sa face.
 
Ainsi, la glorification et l'élevation de Dieu est une arme négligée mais ô combien essentielle dans le combat spirituel, c’est une prière spéciale.


D’une manière générale, « élever» Dieu et « rabaisser » l’ennemi (sans toutefois l’insulter!), assurent la victoire finale du combattant spirituel. Elevez Dieu pour vous assurer la victoire !

 

0 commentaires

La glorification de Dieu et l'orgueil

« Rendez gloire à l’Eternel, votre Dieu, avant qu’il fasse venir les ténèbres, avant que vos pieds heurtent contre les montagnes de la nuit; vous attendrez la lumière, et il la changera en ombre de la mort, Il la réduira en obscurité profonde.  Si vous n’écoutez pas, je pleurerai en secret, à cause de votre orgueil. » (Jérémie 13:16-17)

 

« Donner gloire à Dieu » ou « rendre gloire à Dieu » c’est reconnaître la main de Dieu dans un événement donné où d’autres pourraient voir une autre intervention que celle de Dieu. C’est en particulier reconnaître l’action de Dieu dans notre vie et ne pas s’attribuer à soi-même le mérite de nos réussites, mais à Dieu.Refuser de rendre ainsi gloire à Dieu, c’est, aux yeux du Seigneur, manifester de l’orgueil: « Si vous n’écoutez pas, je pleurerai en secret, à cause de votre orgueil. » (Jérémie 13:16-17). Dans la Bible, le  « méchant », celui qui ne connaît pas Dieu, est souvent assimilé à « l’orgueilleux ». Le méchant c'est en réalité celui qui refuse de donner gloire à Dieu, de le reconnaître à l’œuvre dans sa vie et naturellement ne lui rend pas grâce pour tous ses bienfaits en l’élevant et en le bénissant. Celui qui agit ainsi s’attribue à lui-même, consciemment et inconsciemment, la gloire de tout ce qui survient dans son existence, la gloire qui ne devrait revenir qu’à Dieu seul.

 

En tant qu’enfants de Dieu, comme nous ne sommes ni orgueilleux ni méchants ou « païens », nous avons pour devoir de rendre incessamment grâces au Seigneur pour tout ce qu’il fait dans nos vies, reconnaissant que tout ce qui nous arrive ne vient pas de nous mais de Lui seul, dans sa grâce infinie. Or l'orgueil précède la chute. Pour se prémunir contre l'orgueil, la Bible recommande une activité simple: donner gloire à Dieu en toutes choses.

L’élévation  et l’exaltation de Dieu présuppose le rabaissement de toutes choses devant Lui afin que Lui seul soit élevé : « Je suis vivant, dit le Seigneur, tout genou fléchira devant moi, et toute langue donnera gloire à Dieu. » (Romains 14:11). C'est à dire: celui qui donne gloire à Dieu ne peut pas élever Dieu et s’élever lui-même aussi. Il se verra obligé de s’abaisser et s’humilier devant Celui qu’il glorifie, devant Celui-là seul qu’il désire mettre en relief.


Aucun orgueilleux ne peut alors véritablement rendre gloire à Dieu car il aura tendance à vouloir, perceptiblement ou non, s'allouer un mérite personnel. Celui qui donne gloire à Dieu de tout son cœur ne peut être orgueilleux.

Donner la gloire à Dieu forge en nous la véritable humilité….

 

0 commentaires

L’obligation d'adorer Dieu

C’est un devoir pour nous d’adorer et de célébrer le Seigneur. 

Adorer quelque chose ou quelqu’un, c’est lui rendre un culte c’est à dire suivre une série de prescriptions qui consiste à donner de la vénération à cette chose, lui vouer un profond respect, de la crainte et même s’humilier devant elle. En hébreu, adorer peut autant être traduit par "se prosterner" que "lever les mains en haut".

Le Seigneur Jésus a dit : « Père que ta volonté soit faite sur la Terre comme elle est faite au ciel ».
En fait, le livre de Daniel nous révèle qu’au ciel, les anges exercent essentiellement deux activités : soit ils se tiennent en présence de Dieu, autrement dit ils l’adorent, soit ils le servent : « Mille milliers le servaient, et dix mille millions se tenaient en sa présence » (Da 7 :10).
Symboliquement, « mille milliers » est égal à un million tandis que « dix mille millions » c’est dix milliards !
Le rapport des deux chiffres montre que symboliquement l’adoration est une bien plus grande occupation au ciel que le service (l’œuvre).
Dans le ciel alors, les anges, nuit et jour, adorent le Seigneur et la volonté parfaite de Dieu, selon les termes de la prière de notre Seigneur Jésus, c’est que sur Terre, il y ait aussi une adoration continuelle qui lui soit dédiée et que la proportion adoration-service soit reproduite fidèlement.

Pour adorer Dieu, il faut fermer les yeux et croire par la foi que les actes que nous posons sont directement transmis devant la face de Dieu par le Saint-Esprit. Jésus dit que l’on peut adorer Dieu n’importe où, du moment que c’est en esprit : « Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père … Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. » (Jean 4:21, 23)

L’adoration de Dieu consiste à :
-s’humilier devant Dieu (abaissement)
-élever Dieu par les éloges (glorification)
-reconnaître ses bienfaits dans nos vies (actions de grâces)

Tels les anges dans le ciel, adorer le Seigneur doit être un acte quotidien, régulier et fidèle. On ne doit pas l’adorer lorsqu’on se sent bien et le rejeter lorsqu’on se sent mal.
Adorer Dieu, c’est faire monter le parfum odoriférant devant Dieu chaque jour tel que le Seigneur à travers Moïse a voulu l’enseigner aux enfants d’Israël (Exode 30 :7-8). C’est aussi apporter à Dieu chaque jour un sacrifice perpétuel d’adoration indépendamment de ce qui se passe en bien ou en mal dans nos vies (Nombres 28 :3-4).

Le saviez-vous ? Ne pas adorer le Seigneur est synonyme de l’avoir abandonné !
Dans les temps passés, faire cesser les lois du culte et particulièrement le sacrifice perpétuel était un grave manquement et signifiait avoir abandonné Dieu. C’est pourquoi le Roi Abija s’écria un jour : « Mais pour nous, l’Eternel est notre Dieu, et nous ne l’avons point abandonné, les sacrificateurs au service de l’Eternel sont fils d’Aaron, et les Lévites remplissent leurs fonctions. Nous offrons chaque matin et chaque soir des holocaustes à l’Eternel, nous brûlons le parfum odoriférant, nous mettons les pains de proposition sur la table pure, et nous allumons chaque soir le chandelier d’or et ses lampes; car nous observons les commandements de l’Eternel, notre Dieu. Et vous, vous l’avez abandonné. » (2 Chroniques 13:10-11)
Aujourd’hui, le temple c’est notre corps, et ces actes de culte qu’Abija décrivait ainsi, c’est alors notre adoration à Dieu de tout notre être, corps, âme et esprit, dans la sanctification et dans la crainte de Dieu. C’est pourquoi ne pas l’adorer, est synonyme aux yeux de Dieu, de l’avoir délaissé au profit d’idoles nommées paresse, manque de temps, travail, télévision, loisirs, etc…C'est synonyme de l'avoir renié. Impossible d'être un chrétien parfaitement agréable à Dieu sans avoir avec lui une relation personnelle, quotidienne et intime par l'adoration.

Il est par conséquent plus qu’impératif de reprendre avec le Seigneur cette adoration quotidienne qui sied tant à son cœur. Chaque jour, il sera alors avec nous et nous fera bénéficier de sa grâce et de ses faveurs.

0 commentaires

La louange et le combat : la percussion

Parfois certaines personnes se demandent s’il est bienséant d’avoir dans son église pour l’adoration tout un orchestre avec en prime une batterie haute en son et en rythme. Plusieurs aimeraient, je crois, ce genre d’églises où tout est silencieux et où selon leurs dires « on n’a plus d’égards vis-à-vis de la sainteté de Dieu ».

 

Comme nous le savons tous, David a été l’exemple du roi d’Israël agréé par Dieu, « l’homme selon le cœur de Dieu» ; adorateur inspiré de Dieu, il est l’auteur de nombreux psaumes et cantiques de louange à l’Eternel. En 1 Chroniques 23:5, David, sur sa fin,  fait la recommandation expresse à son fils Salomon :  qu’il y ait quatre mille chantres «chargés de louer l’Eternel avec les instruments que j’ai faits pour le célébrer ».  Ainsi, ces instruments furent par la suite appelés « instruments de David ». Selon Néhémie 12:27, ces instruments comprenaient des instruments à percussion les cymbales, des  instruments à vents, les  luths et des instruments à corde, les harpes.

 

Cette liste n’est pas exhaustive puisqu’on retrouve d’autres types d’instruments utilisés lors du culte pour la célébration de Dieu, par exemple, le tambourin. Au temps de David même, la Bible dit :« David et tout Israël dansaient devant Dieu de toute leur force, en chantant, et en jouant des harpes, des luths, des tambourins, des cymbales et des trompettes. » (1 Chroniques 13:8) 

Notre actuelle batterie n’est qu’en fait qu’une association moderne de cymbales et de tambourins. Examinons deux passages bibliques qui nous éclairent sur l’effet spécifique de la percussion dans le combat spirituel :

 

«  A la voix de l’Eternel, l’Assyrien tremblera; L’Eternel le frappera de sa verge.  A chaque coup de la verge qui lui est destinée, et que l’Eternel fera tomber sur lui, on entendra les tambourins et les harpes; L’Eternel combattra contre lui à main levée. » (Esaïe 30:31-32)

 

Selon ce premier passage, le combat que mène l’Eternel est directement relié la louange. En fait dans ce passage, la Bible veut associer les coups que l’Eternel donne dans le domaine spirituel  en frappant  l’Assyrien (qui est ici une image du diable, de l’oppresseur) et les coups qui sont donnés sur le tambourin accompagnés des harpes. Durant donc cette louange-là qui elle visible, le Seigneur combat dans le monde invisible directement en rapport avec cette louange elle-même.

 

Le deuxième passage achève de nous convaincre sur cette relation et la précise même :

«  Et toi, fils de l’homme, prophétise, et frappe des mains! Et que les coups de l’épée soient doublés, soient triplés! C’est l’épée du carnage, l’épée du grand carnage, l’épée qui doit les poursuivre. Pour jeter l’effroi dans les cœurs, pour multiplier les victimes, à toutes leurs portes je les menacerai de l’épée. Ah! elle est faite pour étinceler, elle est aiguisée pour massacrer. » (Ezékiel 21:14-15)

 

Le fait de « frapper des mains » n’est autre qu’acclamer, un autre aspect de la percussion. Selon ce passage, la percussion (qu’elle soit par nos mains ou par les instruments), accompagne le combat spirituel en multipliant l’effet des coups-là (ce combat est très certainement mené par des anges) : « Et que les coups de l’épée soient doublés, soient triplés »

 

Ainsi une louange avec percussions, augmente la portée de  la louange en ce qui concerne précisément le combat spirituel. Quant on sait ce que l’ennemi apporte comme tracas dans la vie spirituelle des enfants de Dieu, on en déduit que celui qui s’adonne à la louange à Dieu  faite  avec de la percussion sonore, en tirera un plus grand bénéfice que celui qui se refuse à toute percussion. N’hésitons donc pas à louer le Seigneur avec du son, des acclamations, les tambours et les cymbales car tout ceci glorifie notre Dieu.

 

0 commentaires

La proximité avec Dieu

Le roi de Perse s’est écrié « Serait-ce encore pour faire violence à la reine, chez moi, dans le palais? Dès que cette parole fut sortie de la bouche du roi, on voila le visage d’Haman. » (Esther 7:8)


Je précise au besoin que Haman était l’ennemi des Juifs, du peuple élu de Dieu, des enfants de l’Eternel.

Aussi sans rentrer dans les détails, le roi de Perse est sur certains points majeurs (pas tous néanmoins) fortement comparable au Roi des rois, c'est-à-dire Jésus. Dans cette histoire il y a trois protagonistes le roi, la reine et l’ennemi du peuple de Dieu. Haman s’apprêtait à exterminer le peuple Juif. Ce passage est un tournant puisque juste après cette parole du roi c’est au contraire Haman qui est pendu.


Il y a des retranchements où le Seigneur ne peut tolérer qu’on touche à son Epouse, ce sont les retranchements de son palais, « chez Lui ». Parfois, peut-on peut-être voir un enfant de Dieu « bousculé » et « embarrassé ». Soit,  mais il y a un lieu où le Seigneur ne le tolère plus : dans sa présence, devant ses yeux, devant son trône. C’est dans ce contexte que le Seigneur dit que celui qui touche à cet enfant a touché à la prunelle de son œil : c’est un affront au Roi des rois et au Seigneur des seigneurs.


A quelle condition, nous retrouvons nous dans les palais du Seigneur, ou au contraire à quelle condition est-ce lui-même qui vient faire de notre demeure sa demeure, son « chez lui » ? La Bible est formelle : c’est par la louange et l’adoration. J’allais dire par une vie de louange et d’adoration. Ca n’a rien avoir avec les murs physiques d’une église. Ce sont les murs spirituels de la louange et de l’adoration. «Dans son palais tout s’écrie: Gloire! » (Psaumes 29:9). Le palais de Dieu est délimité à cet espace dans lequel à tout instant quelqu’un s’écrie gloire à Dieu !


Lorsque vous vivez ensemble,  Dieu et toi, dans cette intimité et cette proximité: ton œil devient son œil, mais aussi ta bouche devient sa bouche : «  je veux que ma parole dans ta bouche soit du feu, Et ce peuple du bois, et que ce feu les consume. » (Jérémie 5:14) … Son ombre te couvre et sa main te protège: «  Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant. » (Psaumes 91:1). C’est l’intimité avec le Seigneur. Voudrais-tu être intime avec le porteur de la vie et le porteur de la gloire? Aie alors une vie de louange et d’adoration dans sa présence et tu réaliseras qu'il ne permettra pas que le mal t’atteigne.

 

0 commentaires

Elève Dieu!

Jésus a dit : Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi. (JEAN 12:32)

Quand il sera élevé, couronné de gloire, au dessus de toutes choses, les hommes de cette terre seront attirés à venir à Lui.

Dieu se cherche des personnes qui vont réellement élever le Seigneur pour le rendre visible à tous dans ce monde. On ne parle pas de s'él

ever soi-même pour soi-même se rendre visible dans ce monde mais d'élever Jésus. 

Élever Jésus parle alors de notre rabaissement pour que Lui soit élevé. Élever Jésus pour le rendre visible à la multitude parle aussi de sacrifice personnel et de prix à payer. 

Recherche tout ce qui touche à la gloire de Dieu et comment toujours plus glorifier ton Dieu car c'est pour cette vertu que David a été appelé "l'homme selon le cœur de Dieu".

Celui ou celle qui prend la décision de s'humilier pour que la gloire de Dieu éclate, pour que cette gloire soit toujours plus visible à plusieurs, sera utilisé par Dieu pour attirer à Lui des âmes. Veux-tu bien être cet instrument choisi de Dieu?

ACCORDONS NOUS EN PRIÈRE EN CE JOUR: Seigneur utilise moi pour te glorifier à un haut degré sur cette terre, détruit en moi tout sentiment charnel de gloriole personnelle. Utilise-moi pour apporter le salut à une multitude. 

Au nom de Jésus. 

Prie également pour ton réveil spirituel individuel et celui des nations. 

Sois béni(e).

Elisée.
0 commentaires

Expérimente Dieu

Jésus disait: Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. (JEAN 4:24)

Dieu est Esprit, c'est à dire Dieu est un Être Spirituel. Dieu n'est pas une somme de choses que l'on peut se dire à son sujet en disant "Dieu est comme ça "ou "Dieu est comme ci". Dieu est une Personne Spirituelle Vivante. Tu pourrais connaître par cœur toute

 la Bible sans pour autant Le connaître réellement. 

Dieu est une Personne Vivante avec laquelle il faut avoir une rencontre personnelle. Il faut qu'à un moment donné tu aies eu une rencontre personnelle avec Lui. Comment l'analphabète du fond de la jungle ferait pour connaître Christ? En ayant cette expérience vivante et claire avec Christ. 

Servir Dieu avec puissance, en son Nom, donc mandaté par Lui, ne vient pas seulement d'une connaissance biblique ou théologique et de la foi en cela. Servir Dieu avec l'approbation et la puissance de Dieu vient d'une rencontre personnelle avec le Maître qui à cette occasion t'appelle et te communique son autorité pour agir en son Nom. Servir Dieu avec efficacité et surtout dans son approbation ne vient pas donc de la multiplicité des discours mais il faut pouvoir retracer le moment où Il t'a appelé, t'a délégué son autorité et t'a dit exactement ce que tu devais faire pour Lui sur cette terre.

ACCORDONS NOUS EN PRIÈRE EN CE JOUR: Seigneur révèle toi à moi dans ta puissance et dans ton autorité et dans ta force, en m'indiquant chaque jour toujours davantage ce que tu attends de moi et en communiquant par ta grâce la capacité de le faire. Au nom de Jésus. Amen. 

Prions aussi pour le Réveil Spirituel des nations. 

Soyez bénis. Elisée.
0 commentaires

L'intensité du feu

Vis intensément chaque moment de ta relation avec Christ, vis une passion avec le Saint-Esprit, tu pourras alors communiquer ce feu à d'autres.

Dans l'Ancien Testament, l'offrande du sacrifice restait inutile tant que le feu n'était pas passé par là. Il s'agissait certes d'un sacrifice en bonne et due forme mais en quelque sorte vain tant qu'il n'était pas brulé pour en devenir un sacrifice de bonne odeur pour le Seigneur.

 

Le feu évoque la ferveur, l'action dynamique, l'intensité.


Nous savons en nous inspirant de la nature que le feu produit de l'intensité mais qu'aussi l'intensité elle-même produit le feu. En effet, ne frottons-nous pas intensément deux bouts de bois par exemple pour en produire du feu?

Le feu une fois allumé peut être communiqué à d'autres bois. Mais qui allumera les premiers bois grâce à l'intensité du début?
Même dans  le cas où un bois recevrait du feu d'un autre bois, il brule d'abord lui-même avant d'être capable de le communiquer à son tour à un autre bois.

 

Comme dit précédemment, le feu évoque notamment la ferveur et l'intensité.


Il y a des dangers à trop conceptualiser la foi chrétienne en ne la chargeant ainsi que de concepts théoriques et en lui ôtant tout aspect de ferveur et d'intensité et donc son feu.
Car l'une des caractéristiques premières du feu c'est son effet brulant, son impact, de même que sa capacité de se communiquer.


Enlever le feu de l'Evangile revient à lui ôter sa capacité d'impacter et de communiquer quelque chose à d'autres personnes. Et donc conduit à un Evangile, jours après jours, toujours plus moribond.

 

Marc 9 : 47-50
47 Et si ton oeil est pour toi une occasion de chute, arrache-le; mieux vaut pour toi entrer dans le royaume de Dieu n'ayant qu'un oeil, que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne, 48 où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s'éteint point. 49 Car tout homme sera salé de feu. 50 Le sel est une bonne chose; mais si le sel devient sans saveur, avec quoi l'assaisonnerez-vous? Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix les uns avec les autres.

 

« tout homme sera salé de feu » ? Il y a des passages dans la Bible qui semble de prime abord difficile à comprendre ou plutôt dans lesquels les versets semblent a priori ne pas avoir de liens logiques. Mais une fois éclairé par le Saint-Esprit, tout s’illumine!

 

La Bible fait référence dans ce cours passage à deux types de feu et c’est pourquoi notre compréhension peut à première vue être obscurcie : il est fait mention du feu de la géhenne mais aussi du feu du Saint-Esprit. En effet, en l'examinant bien, vous comprendrez que lorsque la Parole de Dieu nous dit : « ayez du sel en vous-mêmes » ou « ayez de la saveur » elle veut dire « ayez du feu en vous-même ».

 

Ainsi ce que notre Seigneur veut nous faire comprendre, c’est que le feu interviendra tôt ou tard dans la vie de toute personne. Tard quand il s’agira du feu de la géhenne. Tôt quand il s’agira du feu du Saint-Esprit en nous. En quelques sortes donc, ses recommandations  voudraient nous dire littéralement « si tu expérimentes le premier feu maintenant tu n’auras pas à souffrir le deuxième plus tard». Le sel et le feu évoquent aussi, oui,  la conservation et la purification.

 

Alors, enfant de Dieu, s'il n'y a pas de feu en toi, remets-en dans ta vie spirituelle, remets du sel, remets du goût par le feu qui est la ferveur, l'intensité mais avant toutes choses la présence intense du Saint-Esprit en toi!

Vis intensément chaque moment de ta relation avec Christ, vis une passion avec le Saint-Esprit, tu pourras alors communiquer ce feu à d'autres.

 

Soyez bénis!

 

0 commentaires

Savoir recevoir et savoir communiquer!

L'œuvre de Dieu.... c'est finalement recevoir et communiquer!

 

Luc 21 : 37
37 Pendant le jour, Jésus enseignait dans le temple, et il allait passer la nuit à la montagne appelée montagne des oliviers.

 

Sur cette montagne, la nuit, Jésus recevait de son Père ce qu’il prodiguait aux hommes le jour.

L'œuvre de Dieu.... c'est finalement recevoir et communiquer!

Veux-tu faire l'œuvre de Dieu? Apprends alors à savoir recevoir et savoir communiquer aussi à d'autres. Alors la question c'est : sais-tu recevoir? et sais-tu communiquer?

 

Mais savoir recevoir… de qui ? De Dieu !

Car nous ne recevons en réalité de personne d'autre que Dieu lui-même, quand même un homme semble être le moyen le plus visible.Oui Dieu est la seule source véritable de tout savoir, de tout ce que nous recevons en Lui.
Alors es-tu dans les bonnes dispositions pour bien recevoir de Dieu, soit de Dieu directement, soit de Lui à travers une autre personne?

 

Pour réellement recevoir de Dieu tu dois chercher sa face autrement dit passer du temps en sa présence. D’abord dans sa présence puis éventuellement dans la présence des autres personnes en son nom.

 

Et savoir communiquer …quoi ? Ce que nous avons reçu de Dieu!

Car en effet nous ne devrons communiquer en principe rien d'autre que ce que nous avons reçu de Dieu. Il est vital d'être sûr qu'on reçoit de Dieu car, dans l’œuvre de Dieu, communiquer autre chose que ce que Dieu nous a donné,  au meilleur des cas, conduit à faire des hommes à notre ressemblance mais non à la ressemblance de Dieu, et, au pire des cas, conduis à ne rien faire du tout.

 

Recevoir et communiquer sont nécessaires dans le service de Dieu: que pourras-tu communiquer si tu ne l’as toi-même pas d’abord reçu?

 

A l'inverse, recevras-tu sans le communiquer? Si tu agis ainsi, tu créeras que tu le veuilles ou non un tel décalage entre toi et les gens autour de toi, que tu risquerais d'être poussé à l'isolement. Justement comme un ballon trop gonflé qui s'élève au dessus de tous les autres!

 

Recevoir et communiquer, c’est cela être un instrument de Dieu, être quelqu’un par qui le flot de Dieu passe, et qui ne cherche pas à gêner ou bloquer, par des principes faits de main d’homme, l’action surnaturelle et toute-puissante de Dieu.

Enfin, lorsque tu reçois, sais-tu, tout en le communiquant, le faire aussi demeurer en toi? A quoi cela servirait de recevoir et de communiquer au point de ne plus soi-même en avoir? Comme le Seigneur disait: 

Luc 9 : 25
25 Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s'il se détruisait ou se perdait lui-même ?

 

Maintenant donc lorsque tu approches une personne, pose toi la question « dans quelle position est-ce que je suis ? ». Es-tu dans la position de recevoir ou celle de communiquer ou même les deux parfois?

Applique-toi ainsi à toujours mieux recevoir, applique-toi à toujours mieux communiquer, et tu feras un excellent serviteur de Dieu.

 

0 commentaires

L'adoration du Dieu Tout-Puissant

Si nous avons encore l'impression qu'un tel ou tel défi est difficile à relever, qu'une telle chose relève de l'impossible, c'est que nous n'avons pas encore suffisamment adoré le Seigneur et que nous ne l'avons pas adoré tel qu'il est vraiment c'est à dire Dieu Tout-Puissant.


Nous parlons du Dieu Tout-Puissant. Non pas d'un dieu de pacotille. Mais bien du Dieu qui a toute puissance et qui peut faire toutes choses selon le conseil de sa volonté, qui peut transformer n'importe quelle situation, qui peut faire en bref tout ce dont il a envie.  


Au fur et à mesure que nous l'adorons nous rentrons de plus en plus dans une intime connaissance de sa Personne. Nous pourrons ainsi dire à l'unisson avec Paul: "nous savons en qui nous avons cru". Oui, c'est une connaissance de Dieu qui permet de déclarer: "je sais en qui j'ai cru!". "Je sais qu'il peut le faire, je sais qu'il va le faire et je crois même qu'il l'a déjà fait au nom de Jésus!"


Lorsque je parle d'adoration, je ne veux pas faire allusion principalement à des cantiques chantés  en l'honneur de Dieu. L'adoration tire son origine d'endroits plus profonds que nos lèvres. L'adoration est un moment intime de profonde révérence et gratitude d'un cœur qui aime. Oui, l'adoration est une attitude du cœur.


Si j'adore le Seigneur de tout mon cœur il se laissera peu à peu découvrir à moi, me donnant ainsi encore plus de raisons de l'adorer. Ainsi, plus je l'adore, plus je le découvre et plus cela doit me conduire à l'adorer.


Cependant quand je le découvre, mes yeux spirituels s'ouvrent sur sa Personne divine. Et nos yeux spirituels sont en réalité les yeux de notre foi donc notre foi en Lui s'affermit. Et nous avons alors la force de nous affirmer pour lui aux yeux des hommes et prendre des risques pour lui parce que nous savons en qui nous avons cru. Notre foi s'affermit ainsi aussi dans la présence de Dieu. 

 

C'est pourquoi si jusqu'à présent des défis devant vous vous semblent impossibles à surmonter, passez du temps devant Lui dans sa Sainte Présence. Vous en ressortirez avec une vision transformée, en vérité vous verrez les choses comme lui les voit. Rien ne vous semblera dorénavant plus insurmontable; tout vous semblera possible dans la grâce de Dieu et aisément réalisable pour Lui.

 

Dieu vous bénisse

 

0 commentaires

L'autel d'adoration

Dieu existe ... il faut le rencontrer ... c'est le but de  l'autel.

Souvent on a cette impression que les patriarches bibliques ont eu une aisance particulière à connaître Dieu; mais au contraire la Bible nous montre qu'il s'agissait de leur part d'une recherche volontaire et assidue du Seigneur.
En tout lieu où ils résidaient ils dressaient ainsi très souvent des autels dédiés à Dieu, parfois même sans en avoir reçu du Seigneur la demande expresse.

Bibliquement, l'autel ainsi bâti révétait trois fonctions principales:

- soit il consacrait une révélation ou une manifestation particulière de Dieu et permettait ainsi à l’adorateur de se la rappeler,
- soit il servait de point de rencontre entre Dieu et son adorateur,
- soit il consacrait une action de reconnaissance à Dieu.
...et soit il servait au trois à la fois. Car en effet ces trois fonctions peuvent être facilement liées l'une à l'autre.

 

De même, partout où Dieu s'est une fois manifesté de manière particulière, exceptionnelle même, dans votre vie vous devriez avoir posé un acte pour vous en souvenir et qui pourra, par ailleurs, constituer un symbôle de rencontre entre vous et Dieu, un repère de votre vie où vous pourrez lui dédier votre reconnaissance.

Les souvenirs des grands actes de Dieu dans notre vie représentent réellement des points essentiels de notre vie chrétienne.

Il est à remarquer, dans tous les cas, l'influence significative de ces autels sur la vie des patriarches:  ce n'est pas une coïcidence si plus ils en ont bâti plus ils étaient bénis et que par voie de conséquence ceux qui ont bati des autels à Dieu ont tous été des personnages bibliques significatifs.

Un autel revêtait un caractère important, solennel même et souvent placé de manière bien visible. L'autel n'était la petite pierre dans le lit du ruisseau, un objet insignifiant et peu visible. L'autel dans ses dimensions même les plus modeste permettait à tous ceux qui ne connaissaient pas Dieu et qui passaient par là de le glorifier par cet hommage visible à Dieu qu'il véhiculait. 

Il est temps pour nous d'entrer nous aussi dans cette révélation. Bâtissons des autels d'adoration non plus de pierres mais d'élévation de nos mains vers le trône de Sainteté du Seigneur, c'est à dire apportons à Dieu une louange massive et significative. Posons des actes grands et significatifs pour Dieu: aidons massivement les pauvres, toute sorte de choses peuvent être faites à la gloire de Dieu cependant significativement de manière à ce que le souvenir demeure. Si nous cherchons Dieu encore aujourd'hui nous le trouverons assurément, surtout si nous entreprenons de batir et de lui dédier des autels vivants d'actes et d'adoration à la gloire de son Nom.

 

1 commentaires